J’ai récemment été invitée à prendre part, avec d’autres blogueuses, à un exercice qui m’a toujours intrigué, une dégustation à l’aveugle de vins. Tous rouge, tous de Bordeaux – Bordeaux Supérieur. La provenance n’était donc pas un enjeu, ce qui me plaisait car je pourrai me concentrer vraiment sur les saveurs du vins et pas me distraire en me creusant les méninges sur l’origine du vin, les cépages etc.

La belle surprise en arrivant sur place à la Cave St-Jacques, était de rencontrer l’excellente sommelière québécoise, Véronique Rivest, qui allait nous guider dans cette démarche. Ici je me dois d’ouvrir une parenthèse sur Véronique. Malgré tous ses succès, elle fait partie de l’élite des sommeliers internationaux étant parmi les 10 meilleurs au monde, elle réussit à nous transmettre sa passion du vin en toute simplicité. Exit le vocabulaire technique et rébarbatif, voilà qu’elle met à l’aise tout de suite en exprimant clairement ce qu’est un bon vin : « Un bon vin est celui dont la bouteille est vide! »

Bref, si on aime un vin, il est bon, si on ne l’aime pas, il ne l’est pas. Voilà, malgré ce que Parker ou autre grand spécialiste du vin peuvent penser, ce sont nos papilles et surtout notre nez qui décident.

Veronique Rivest et les blogueuses
Véronique Rivest expliquant le déroulement d'une dégustation à l'aveugle aux blogueuses attentives

Après un bref aperçu des différents arômes que notre nez perçoit en dégustant le vin, nous sommes passés à la dégustation à l’aveugle. 12 verres de vin de Bordeaux et Bordeaux Supérieur étaient servis devant chaque personne, chaque verre étant associé à un numéro.

première rangées de vins
Première rangées de vin est prête

Un conseil que j’ai retenu de Véronique était de ne pas prendre trop de temps par vin, d’y aller en humant le vin une première fois sans déranger le vin, puis répéter l’opération après avoir fait tourner le vin dans le verre, question de faire ressortir d’autres arômes. Puis, en prendre une gorgée, en inspirant de l’air, toujours pour permettre la rétro-olfaction. Et finalement cracher, pas toujours élégant, mais utile quand on doit déguster autant de vin!

Y aller donc avec son instinct, on aime ou n’aime pas. Plus difficile pour les premiers trois verres, le temps de s’habituer à l’exercice et plus rapide au fur et à mesure qu'on déguste.

TayetRésultat surprenant, toutes les blogueuses ont choisi le même vin comme coup de cœur : le #12 soit le Château Tayet, Bordeaux Supérieur, (rouge, 2009 CCNP 10865307, 13,65 $ 13,5 % alcool, 55 % Merlot, 35 % Cabernet Sauvignon et 10 % Petit Verdot).

Mes autres coups de cœur étaient :

  • Château l'Escart ''Julien'', Bordeaux Supérieur (rouge, 2008 CCNP 896282, 17,55 $ 13 % alcool, 53 % Merlot, 25 % Cabernet Sauvignon, 14 % Cabernet Franc, 8 % Malbec et Petit Verdot)
  • Camarsac, Bordeaux Supérieur (rouge, 2008 CCNP 10521301, 15.65 $ 13.5 % alcool, 52 % Merlot, 46 % Cabernet Sauvignon et 2 % Cabernet France)

 

En débriefing par la suite, j’ai su que mon Château l'Escart ''Julien'' aurait presque un défaut selon Véronique, il a un arôme de peanuts, ou cacahouètes (techniquement, de la famille des pyrazines), ce qui est considéré comme un problème pour ce genre de vin. Pourtant, c’est bien parce que j’avais noté pour la première fois l’arôme de peanuts (que j’adore!) que je l’avais choisi comme coup de cœur! Je n’étais pas la seule d’ailleurs, 4 blogueuses sur 7 l’ont aussi sélectionné dans leur top 3.

Comme quoi Véronique Rivest a raison, il faut vraiment se fier à son propre nez et goût pour choisir les vins qui nous feront plaisir !

 

Merci à logo_bx_bxs_rouge pour l'invitation.

La liste complète des résultats de la dégustation à l'aveugle avec les vins dégustés peut être téléchargée ci-dessous. Bonne dégustation !

Les blogueuses qui ont participé à cet exercice sont :

Caroline FriedmannClarah Germain , Ève MartelMarie-Annick BoisvertNathalie Rivard, Lesley Trites et moi-même !

Published in Testé pour vous
Tuesday, 28 December 2010 23:22

L’art de recevoir

Les Fêtes ne sont pas encore terminées, cependant ces jours-ci sont les meilleures pour reprendre son souffle (et sa forme!) et commencer à planifier la réception du jour de l’an. Si vous êtes comme moi, vous aimez ça simple, mais avec un je-ne-sais-quoi de spécial, car c’est le Réveillon après-tout!

C’est donc le temps de sortir de la routine et pourquoi pas transformer une étape du service du repas en activité de groupe? C’est le traiteur ADVOCADO qui nous en a fait la démonstration durant un atelier-dégustation sur les vins de Bordeaux Supérieur sur l'art de recevoir. Le chef est arrivé à table avec une purée de pomme de terre, des pétoncles et crevettes et une sauce aux légumes. Puis il nous a proposé une façon de placer chacun des éléments dans l’assiette. Nous avons monté ensuite nos propres assiettes. L’exercice était concluant, certains étaient très fiers de leur plat, d’autres rigolaient bien de leur art primitif, mais tous y sont allés de leur tour de main personnel avec entrain. Une entrée très enjouée quoi!

artderecevoir6 artderecevoir5 artderecevoir4 artderecevoir2 artderecevoir3 artderecevoir1

Proposition
du Chef

Purée de
patates

+ pétoncle

+ crevette

+ sauce aux
légumes

Puis ce fut au tour des vignerons présents de nous parler de leurs vins, des caractéristiques et des meilleurs accords mets-vins pour chacun de leurs produits. La passion pour leur métier ne faisait pas de doute! Bien sûr, les vignerons ne sont pas dans notre salon au Réveillon, mais rien ne vous empêche de faire un peu de recherches sur les vins que vous avez acheté et discuter avec vos invités des origines du vin et des familles qui le produisent. C’est aussi une manière d’apprécier encore plus le vin et le travail bien fait des petits producteurs!

Mathieu Delong

Éric Duffau

Mathieu Delong Éric Duffau

Bref, pour un souper qui sort de l’ordinaire, ce n’est pas uniquement dans l’assiette que ça se passe, mais autour, avec un brin de ludisme, des présentations personnalisées et des conversations passionnées!

Un merveilleux Réveillon vous attend, savoureux et décontracté, pour commencer cette nouvelle année 2011 avec beaucoup de plaisirs.

Bonne année !

Les vins de Bordeaux Supérieur dégustés et la rencontre de deux viticulteurs :

Château Belle Garde - Viticulteur exploitant

La famille d'Éric Duffau famille cultive la vigne depuis 1850, au Château Belle Garde sur la commune de Génissac à 8 km de Saint-Emilion. Il est né dans ce milieu et a toujours su que ce métier de viticulteur était le sien. La relève n’est pas évidente à trouver cependant et bien qu’il espère encore que l’un des ses enfants prennent goût à cette carrière, il ne pense pas que cela se réalisera. L’idée de la vie de vigneron est bucolique et romantisée à souhait, mais ne correspond pas à la réalité plutôt soumise à de grandes pressions et de rude travail. Éric Duffau est un des rares viticulteurs exploitants qui livre encore personnellement son vin aux clients. Un vrai passionné.
Pour plus de détails sur les vins : http://www.lejournalduvin.com/2010/12/eric-duffau-et-son-chateau-belle-garde-un-vigneron-apprecie/

Hyppos 2007 –· Château Majoureau - Propriétaire-récoltant

Propriété familliale depuis 5 générations, le Château Majoureau représente 38 hectares de vignes plantées exclusivement en terroir AOC. Située dans le sud de la gironde autour de la citée médiévale de St Macaire elle produit exclusivement du vin depuis 25 ans.
La relève n’est clairement pas un problème pour M. Bernard Delong, puisque ces 3 enfants participent activement à l’entreprise familiale : Sa fille Émeline est responsable de Chai et Aurélie est co-responsable de culture.· Nous avons eu la chance de rencontrer son fils, Mathieu Delong, qui partage la direction du vignoble avec son père et qui s’occupe aussi du marketing et de l’exportation. Son enthousiasme pour son métier et son produit est flagrant, un jeune dans la vingtaine qui fait sa marque et ne cache pas son penchant pour les vins liquoreux qu’il élève en fût. Je ferai pareil à sa place, son château étant situé à quelques 18 km des Sauternes, avec un climat idéal pour produire ce nectar des dieux.

Château Suau 2009 – Bordeaux Blanc Sec

Note très personnelle : J’aime particulièrement les blancs de Bordeaux à cause du cépage de Sémillon, car comme mentionné précédemment, je suis un fan des Sauternes, donc je retrouve, en version sec, un peu des mêmes arômes.

Dourthe La Grande Cuvée 2008 – Bordeaux

Sirius 2008 – Bordeaux

Château Couronneau 2008 – Bordeaux Supérieur

 

Idées en vrac pour recevoir avec le sourire, inspirées du traiteur Advocado :

Faire de simples grill-cheese coupés petits et placés sur un shooter de potage à votre goût!

presentation

Choisir des accessoires de couleurs qui reflètent celui de votre menu (les magasins à 1 dollars sont souvent source d'inspiration).

idee2

Pour rehausser un simple gâteau au fromage, préparez des noix caramélisées et fleur de sel (sautées à la poêle dans un caramel, ajoutez quelques flocons de fleur de sel) ou pour surprendre un peu plus, au sirop d'érable et cari (référence : Les Recettes de Papilles et Molécules). Un croquant qui donne du punch!

idee1

Finalement, ils vous restent quelques fleurs des bouquets de Noël, mais ils sont dégarnis? Rajoutez-y des légumes!

idee3fleur

Published in Testé pour vous
Visit www.betroll.co.uk the best bookies